L'image est-elle devenue
le premier langage
de l'événement ?

Alexandre Mestrot, fondateur-dirigeant du Studio Superbien, accompagne l’agence sur les projets développant scénographie spectaculaire et effets multimédias. Il partage avec HnP une quête constante du sens et de l’impact dans le rapport à l’image.

« L’événementiel nous permet de créer notre propre typologie d’images. »

Qui êtes-vous ?

Je suis Alexandre Mestrot, fondateur et directeur associé du studio Superbien. Selon le peintre Albert Plécy, spécialiste du langage de l’image, celle-ci est un stimulus destiné à créer une réaction primaire, instinctive. Selon lui, il faut « apprendre au regardeur à regarder ».

Quelle est la place de l'image dans un événement ?

L’image prend une place centrale, que ce soit en termes de quantité ou de surface. La mission d’éduquer l’œil du spectateur, la mission de créer de l’image, va devenir et devient déjà aujourd’hui de plus en plus importante. Contrairement au cinéma ou à la publicité, où le format est toujours du 16/9, l’événementiel nous permet de créer notre propre typologie d’images : les formats, les tailles d’écran, les supports changent en permanence et nous obligent, en termes de créativité, à toujours repartir de zéro.

Et demain ?

De nouveaux outils nous permettent de nous exprimer et d’immerger le spectateur dans de l’image à 360° : je pense à la Réalité Virtuelle ou à la Réalité Augmentée. C’est aussi de nouvelles manières de penser la narration.

Quelle est la clé d’une image réussie ?

On part toujours d’une écriture, d’un concept. Il faut écrire, poser un scénario, un script, une idée. Une fois qu’on est clair sur ce que l’on veut, on passe à la création d’une image. Elle s’inscrit dans un volume, c’est-à-dire dans une scénographie, qui sera portée par de la lumière, de la musique… On veut faire vivre des expériences aux spectateurs avec la volonté en fin de compte qu’ils en gardent un souvenir. Et ce souvenir, pour être gardé, on le prend en photo pour souvent le poster sur Instagram !

Problématique
précédente

Voir la réponse

Problématique
suivante

Voir la réponse

L'image est-elle devenue
le premier langage
de l'événement ?